Sélectionné :

Sticker blason
Hauts de France / NPDC

6,00

En rupture de stock

Sticker blason
Hauts de France / NPDC

6,00

Vous aimez votre région ? Portez haut et fort les couleurs de votre région. Cette version revisitée du blason vous surprendra.
Adhésif idéalement utilisé sur votre carrosserie ou en intérieur.

Rupture de stock

UGS : 447 Catégorie : Étiquettes : ,

Description

UN PEU D’HISTOIRE

La drapeau du Nord-Pas-de-Calais (Blason de Flandre) est inspiré des armes de l’ancien comté de Flandre considéré par certains comme celui de la région.

Le chapeau sur la tête du lion est un ajout de Pimp My Stickers dans sa création. Il apporte une touche supplémentaire d’élégance et de puissance à ce lion.

Le drapeau du Nord-Pas-de-Calais (armoiries de la Flandre) s’inspire des armes de l’ancien comté de Flandre, que certains considèrent comme le drapeau de la région. Son symbolisme est le suivant : « O au lion de martre armé et lampassé de gueules ». Le chapeau sur la tête du lion est un ajout à la création de Pimp My Stickers. Ajoutez une touche d’élégance et de puissance à ce lion.

L’histoire du territoire du Nord-Pas-de-Calais, ancienne région administrative française qui a réuni les départements du Nord et du Pas-de-Calais de 1955 à 2015, a longtemps été commune à l’histoire de la Belgique, celle d’une terre qui  » a été pendant près de mille ans un champ de bataille pour toute l’Europe  » et qui a été contestée après la guerre gallique ; lors des invasions barbares, les saules y sont venus franchement et furent le berceau de la dynastie des Merovingiens.

A partir du 19ème siècle, la région, divisée par la frontière de l’Escaut, voit l’émergence de plusieurs principautés, dont les comtés de Flandre, du Hainaut et d’Artois. Cette période, politiquement confuse, est celle de la grande indépendance et de la prospérité économique et culturelle des villes, qui atteint son apogée au XVe siècle aux Pays-Bas de Bourgogne. Après les longs conflits franco-espagnols du XVIe siècle, la région fut annexée à la France lors des guerres de conquête de Louis XIV.

Pendant la révolution industrielle du XIXe siècle, le Nord, puis le Pas de Calais, connaît un développement économique et démographique sans précédent, devenant la « première usine en France » et un lieu privilégié pour les luttes du mouvement ouvrier.

Au XXe siècle, la région a été durement touchée par les deux guerres mondiales : elle a été le centre des combats de la première guerre mondiale. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il fut annexé au commandement militaire allemand à Bruxelles.

Après la grave crise économique des années 1970, avec la fin simultanée des mines de charbon et des industries sidérurgique et textile qui étaient au centre de son activité, le Nord-Pas-de-Calais cherche à retrouver son dynamisme en exploitant sa position géographique centrale sur les axes de transport européens.

L’EFFORT D’APRÈS-GUERRE ET LE DÉBUT DE LA CRISE ÉCONOMIQUE

Après la guerre, il était temps pour la Sainte Union de reconstruire le pays. Le 1er octobre 1944, le général de Gaulle déclare dans sa ville natale de Lille : « Nous voulons développer ensemble tout ce que nous avons dans ce pays et y réussir, il n’y a pas d’autre moyen que ce qu’on appelle l’économie directe. Nous voulons que l’État dirige tous les efforts de la nation pour le bien de tous et nous voulons améliorer la vie de tous les Français et de tous les Français. »

Dans le même temps, l’industrie sidérurgique s’est développée rapidement et les entreprises financées dans le cadre du plan Marshall ont modernisé certaines de leurs usines.

Au début des années 1950, le Nord-Pas-de-Calais semble avoir retrouvé sa capacité de production. Mais cette reconstruction s’est faite sans réelle diversification dans les activités traditionnelles : textile, charbon et acier, qui commençaient à décliner. Entre les années 1950 et 1980, la région a connu un déclin graduel de l’extraction du charbon. Environ 150 000 emplois sont perdus dans le secteur minier, 100 000 dans le secteur textile et 50 000 dans le secteur sidérurgique et métallurgique. L’Etat tente de relancer l’activité en favorisant la création d’usines automobiles dans la région. Les plasturgistes créent et emploient 12 000 personnes, dont 4 000 dans le secteur Béthune – Bruay.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Sticker blason
Hauts de France / NPDC”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer le menu
×
×

Panier