Sélectionné :

Sticker blason Occitanie
/ Languedoc-Roussillon

6,00

En rupture de stock

Sticker blason Occitanie
/ Languedoc-Roussillon

6,00

Vous rêvez de porter fièrement les couleurs de l’Occitanie ? Ce blason revisité sublimera votre véhicule avec originalité.
Usage possible en intérieur comme en extérieur.

Rupture de stock

UGS : 404 Catégorie : Étiquettes : ,

Description

UN PEU D’HISTOIRE

Le drapeau du Languedoc-Roussillon se compose de la croix occitane et des armoiries de la Catalogne. Cependant, il n’est pas utilisé par le Conseil régional du Languedoc-Roussillon, qui utilise les drapeaux occitan et catalan.

La croix de Toulouse, ou Croix du Languedoc ou Croix Occitane, est d’origine provençale. La forme a quatre branches également longues (croix grecque), des branches droites identiques et les extrémités sont triplées avec du lest et des perles. Elle a été transférée dans le comté de Toulouse par le mariage entre le comte de Toulouse et la fille du comte de Forcalquier.

Le blason du Languedoc-Roussillon réunit les armoiries des comtes de Toulouse et de Barcelone. Les palmiers catalans (les armoiries des comtes de Barcelone) sont à droite pour nous rappeler la situation géographique de la France.

L’Occitanie (en Occitanie Occitania Occitania /utsiˈtanjɔ/) est une région administrative française issue de la fusion des anciennes régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées.

MOYEN-ÂGE

Cette province a été temporairement dominée par les Maures. Narbonne fut retenue captive de 719 à 759 et un domaine fut fondé jusqu’à Nîmes, mais en même temps Charles Martel, souverain de l’Empire franc, battit Amir Adb ar-Rahman al-Gafiqi près de Poitiers en 732. Une révolte en Afrique du Nord occupe alors l’Emir d’Espagne, qui ne peut aider le Wali (gouverneur) de Septimanie à se défendre contre l’accusation de Charles Martel. En 752, le territoire de Narbonne est dévasté, tandis que Pépin le Bref attaque par l’est ; après des négociations à Narbonne, la population de cette ville massacre la garnison mauresque assiégée, et l’année 759 marque la fin de la Septimania arabe1. Conquise par Charlemagne, qui l’appela la Marche gothique, qui appartenait au royaume d’Aquitaine fondé en 778, cette vaste étendue, qui couvre tout le sud, du Rhône à l’Atlantique, pour relier la reconquête espagnole à Toulouse comme capitale, fut léguée par Charlemagne à un de ses fils en 781.

Durant cette période, les réfugiés musulmans fuyant Reconquista Espagne et plus tard l’Inquisition sont venus du Languedoc et du Roussillon3.

Pendant la période féodale, il y eut une grande fragmentation politique : les comtés du Roussillon et de la Cerdagne, langue catalane, entrèrent dans l’orbite des comtés de Barcelone, qui devinrent le royaume d’Aragon, tandis que les vicomtes du nord (Carcassonne, Béziers, Nîmes, Agde) relevaient de la Maison Trencavel.

Une unité territoriale du Nord fut créée par les comtes de Toulouse, notamment sous Raimond IV, dit Raimond de Saint-Gilles (1042-1115), qui par mariage atteignit l’objectif d’unification en étendant son état des districts du Rouergue, Nîmes, Narbonne, Gévaudan, Agde, Béziers et Uzès.

Après la croisade contre les Albigeois, après l’extinction de la dynastie des comtes de Toulouse après la mort de Jeanne, fille de Raymond VII, le Languedoc fait partie du Royaume de France en 1271.

La région est gérée en trois parties pour le compte du roi de France : Toulouse, Carcassonne et Beaucaire.

Le résultat fut le Languedoc royal, qui dura jusqu’à la Révolution française. Il respectera leurs coutumes, leur langue et une certaine administration.

Le traité de Corbeil de 1258 avait déjà ratifié la division dans le sud : les Corbières constituaient la frontière entre le royaume de France et le royaume d’Aragon. La seule unité entre le Bas-Languedoc et le Roussillon-Cerdagne était alors la province ecclésiastique de Narbonne, dont dépendaient les diocèses de Béziers, Elne, Saint-Pons-de-Thomières, Saint-Papoul, Maguelonne, Nîmes, Uzès, Agde et Mende. Le Royaume de Majorque, qui existait au XIIIe siècle, comprenait le comté de Roussillon, le comté de Cerdagne et le domaine de Montpellier.

Montpellier fut vendue au roi de France en 1349 et Majorque fut annexée par les rois d’Aragon.

EPOQUE CONTEMPORAINE

En 1659, le Traité des Pyrénées reliait le Roussillon et le nord de la Cerdagne au royaume de France, mais les provinces du Languedoc et du Roussillon restaient séparées administrativement. Le Languedoc est une province d’état avec ses propres états provinciaux. Les trois ordres sont représentés dans les états du Languedoc. Sous le règne de Louis XIV, le directeur Basville, avec la participation des États, a permis le développement des étalons, une administration créée par le surintendant des finances Colbert. Mais cette expérience ne réussira pas. Les éleveurs préfèrent garder leurs juments couvertes par des ânes plutôt que par des étalons fournis par l’administration. En fait, les mules se vendent plus vite que les chevaux parce qu’elles sont plus utiles à l’économie.

Au milieu du XVIe siècle, les régions de Nîmes, Montpellier et Cévennes sont touchées par le protestantisme, qui provoque de terribles guerres de religion avec la destruction des églises. L’édit de Nantes, proclamé en 1598 par Henri IV, signifierait un retour à la paix. Mais après son assassinat en 1610, les tensions augmentèrent (surtout dans les guerres Rohan). Au milieu du XVIe siècle, la situation redevient très tendue et l’abolition de l’Edit de Nantes par Louis XIV en 1685 marque le début de la clandestinité des protestants pendant cent ans. Tous leurs temples sont détruits. Des forteresses furent construites à Montpellier, Nîmes et Alès pour contrôler les bastions protestants. De 1702 à 1704, c’est la révolte, mieux connue sous le nom de guerre des Camisards. Cependant, tous les protestants ne préconisent pas des méthodes violentes contre les catholiques et l’Église.

LE CANAL DU MIDI, UN LIEU TRÈS TOURISTIQUE

Patrimoine de l’Humanité, le Canal du Midi est une liaison de 240 km entre Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon depuis le 17ème siècle.

Conçu il y a 350 ans sous la direction de Louis XIV par l’ingénieur Pierre-Paul Riquet de Biterrois, il relie le Canal du Midi-Pyrénées Midi-Pyrénées Midi-Pyrénées Midi-Pyrénées avec le Languedoc-Roussillon, la Garonne avec la Méditerranée, Toulouse avec l’Etang de Thau et le port de Sète. Les historiens la considèrent comme la plus grande œuvre du XVIIe siècle après le château de Versailles.

« Une des réalisations les plus extraordinaires du génie civil moderne « , selon l’UNESCO. A l’ouest, il a été prolongé par le canal de Garonne, formant le canal des Deux Mers entre l’océan Atlantique et la Méditerranée. A l’est, le Canal du Midi a été élargi au Canal du Rhône à Sète, qui relie Thau au lac de Beaucaire depuis le XVIIIe siècle.

Alors que le transport de marchandises sur le Canal du Midi s’est arrêté, 1,5 million et demi de visiteurs le visitent chaque année à pied, en bateau ou à vélo. Le chef-d’œuvre du patrimoine est donc aussi un poumon économique, avec un impact annuel estimé à 122 millions d’euros.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Sticker blason Occitanie
/ Languedoc-Roussillon”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer le menu
×
×

Panier